Egypte #6, Dans l’eau bleue du lagon

J’étais rentré au Caire depuis quelques heures quand Mahmoud frappe à la porte et m’apprend qu’il part le soir-même en weekend au Sinaï.

Après dix heures de bus de nuit dont j’ai déjà eu l’occasion de vous raconter le rythme, nous voilà tous les trois (Mahmoud à qui je donne quelques cours de français, David mon pote mexicain du Caire et moi) au bord de la mer Rouge, à Dahab, un campement bédouin qui depuis une vingtaine d’années a progressivement vu son front de mer pilotisé par des terrasses et des restos touristiques : 5000 habitants au compteur maintenant et une petite communauté d’expats. Vous en saurez plus à l’épisode 9

PhotosDavid-15 Le lendemain matin, on part à Blue Hole, l’un des spots de plongée les plus célèbres au monde : un trou de 130m de profondeur où toute la jet-set animale de la mer Rouge vient siroter son eau salée sur des tapis de coraux.

De Blue Hole, on remonte la côte en direction du nord. Une bonne randonnée de deux heures et demi le long du rivage. Le vent s’est levé et la mer s’agite un peu, nous gratifiant de bonnes gerbes d’écume lorsqu’on longe les rochers. Mes quinze kilos de sac à dos me déséquilibrent parfois un peu sur la pierre mouillée mais rien de bien méchant ; les plages se succèdent, la grève est parsemée de fragments de corail pétrifié.

PhotosDavid-4 PhotosDavid-7

Au bout de deux heures on voit au loin s’étirer un lagon au bout duquel s’élèvent une dizaine de huttes : bienvenue au Blue Lagoon, camp peuplé de quelques kitesurfeurs habitués qui profitent du gros vent pour voler au-dessus du lagon…

PhotosDavid-13 PhotosDavid-14

PhotosDavid-10 Un peu étrange qu’il s’appelle Blue Lagoon d’ailleurs, l’eau du lagon je l’ai vue rouge, verte, mauve, violette, mais assez rarement bleue, tout compte fait. (Haha le mec. « Ouais t’sais moi j’vais pas à la mer pour qu’elle soit bleue tu vois. Si j’me déplace j’veux qu’elle me surprenne bien sûr… »)

En résumé : beaucoup de turquoise.

 

Les montagnes d'Arabie au crépuscule

Les montagnes d’Arabie au crépuscule

Et puis petite dédicace à Blake et Mortimer, que j’ai souvent eu dans la tête ces jours-là : dans Les 3 formules du Professeur Sato, Sato confie à Mortimer un message crypté lui permettant d’accéder aux plans de son dragon-cyborg et le message c’est « Caché dans le rouge, dans l’eau bleue du lagon, le dragon se réveille »…

(Rapide aperçu de ce qu’on écoutait…) Le lendemain soir, Mahmoud est reparti en direction du Caire. Une fois la nuit tombée, David me fait remarquer que le petit camp de huttes de l’autre côté du lagon est très éclairé. Le nôtre, qui nous semble plus grand, est plongé dans le noir. De fil en aiguille, on se rappelle le début du Voyage de Chihiro : la nuit tombe et le parc d’attractions abandonné commence a s’animer, le Palais des Bains s’illumine au fond de la rue commerçante soudain remplie par une foule d’esprits en villégiature. On se demande s’il se produit la même chose de l’autre coté du lagon, si au bord de l’eau verte au milieu des huttes a surgi un palais bondé de tous les esprits du Sinai, une ville divine, une cité balnéaire de démons…

urlMerci à David pour les photos (www.davidcordovaphoto.com) !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s