#8, Du côté de chez Misou

Le lendemain de ma longue randonnée au bord de la mer, après quelques nouvelles heures de marche, j’ai fini par atteindre Ras Sheitan. La balade a été belle mais le littoral au nord de Nuweiba n’a rien à voir avec les grèves sauvages d’Abu Galum : ici c’est une succession de camps touristiques vides, peuplés seulement de quelques meutes. J’y fais ma première rencontre avec les visages du désert : ceux que les rochers laissent entrevoir, entre deux escarpements, au creux d’une fissure, dans une tache d’ombre. J’ai vu au loin la forme distincte du grand temple d’Abu Simbel, les quatre pharaons assis, les longs postiches, les hautes couronnes… Au kilomètre suivant, face aux rochers, il n’y avait plus rien d’autre que quelques vagues boursoufflures dans la pierre. C’était une belle introduction à ce que j’allais découvrir à Ras Sheitan.

J’y suis arrivé dans l’après-midi. Ras Sheitan, le cap/la tête du diable, est une déformation qui date de l’occupation israélienne ; le nom originel, Ras Shatteyn, signifie « le cap des deux plages ».

IMG_3107

Le camp touristique qui s’y situe est moins vide que les autres et j’y demande, à tout hasard, s’ils cherchent des volontaires. Il se trouve que oui. Je serai serveur aux heures creuses, en échange de deux repas par jour, d’un petit bungalow et de tous les thés, cafés et jus de citron du monde. J’y pose mon sac pour trois semaines. (Enfin, je ne le sais pas encore…) Sur les tapis, devant la mer, certains s’exercent au houlahoup tandis qu’un Jordanien en sarouel jongle et fait des tours de cartes. Les vagues sont à vingt mètres, le wadi (la vallée désertique) est tout près. Ca me plait bien.

IMG_3158

J’aurais trop à raconter sur Ras Sheitan. Le long d’Abu Galum puis à Ras Sheitan j’ai tenu un carnet de bord, agrémenté de citations (j’ai un peu bouquiné) et de quelques croquis des visages que le wadi m’a montrés. Ras Sheitan pourrait faire l’objet d’épisodes à part entière, #1, #2, #3… ce serait compliqué de le synthétiser entre quelques photos. Je finirai peut-être par le raconter ici, par un autre biais que celui d’un article classique.

En échange, je vous donne quelques photos du wadi.


IMG_3849

IMG_3888

 

Véranda sur un coucher de soleil :IMG_3892

Et pour conclure par une dernière photo : que la paix de Misou (une Suisse qui arpente le Sinaï depuis 18 ans et a trouvé son havre à Ras Sheitan, surement ma rencontre la plus fortifiante en Egypte), vous touche, vous habite et vous inspire longtemps…

IMG_3675

 

 

Publicités

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s