#5, Ohrid en dormance

(JJ thanks for the pictures they’re dope! i’n’it?)

Le lac d’Ohrid, c’est la tache bleue que se partagent l’Albanie et la Macédoine.

A Skopje le soleil shinait tant et si bien que je ne parvenais pas à prendre la route pour la Turquie, préférant au goudron austère des journées de chill au parc avec des invités de l’auberge et les bénévoles de celle d’à côté ; nous voilà au soleil, flanqués de quelques livres, de canettes de Sposko et de sondages pro-Bernie. Mon accent anglais, hérité de Skins et lessivé par des années d’américanismes, reprend lentement du poil de la bête au contact de Phoebe d’Angleterre et de JJ de Cornouailles, yesterday was carnage!

Et puis un soir où je suis de night shift à l’auberge, JJ s’invite avec des bières et l’idée de passer son weekend au Kosovo ; les canettes sont à moitié bues qu’on a décidé de passer quelques jours à Ohrid.

Là-bas la saison n’a pas encore démarré. Le temps ensoleillé succombe parfois à une averse venteuse qui plombe le lac et révèle ses formes. Les barques dorment encore sur le rivage et les monuments de la ville d’Ohrid, où a débuté au IXe siècle la diffusion du cyrillique, puis capitale de l’Empire bulgare un siècle plus tard, s’offrent une grasse matinée avant l’arrivée des touristes (c’est que Londres-Ohrid s’achète 12 pounds…).

Sur l’autre rive il y a Pogradec, petite ville albanaise que j’avais passée en bus il y a deux ans sur ma route vers les Météores ; je me souviens d’une pluie battante coiffée peu à peu d’un grand arc-en-ciel, dont le pied se fichait dans les eaux bleues du lac d’Ohrid. Maintenant je suis de l’autre côté et je présente mes amitiés à Judy Garland : )

Reconstitution d’un village néolithique (Bay of Bones, Museum on water).

IMG_3993 IMG_4038 IMG_4105 IMG_4121 IMG_4143 IMG_4333 IMG_4331
Publicités