cimetière de bateaux

Qaraqalpaqstan #2, La mort d’Aral

Mordaral, Mordaral, ne serais-tu pas un ténébreux cousin de Maldoror ? toi aussi, tu déclames face à l’immensité ? On pourrait facilement parvenir à l’extrémité de l’ancien port de Moynaq et, perché sur la falaise, s’adresser en ces mêmes termes à la vaste plaine de sable qui s’étend à nos pieds. « Je te salue, vieil océan… » La solitude qu’on y éprouve n’aurait pas dépareillé chez Lautréamont. Car l’Aral est toujours là. Sa présence est très forte. La petite ville de Moynaq ne ressemble pas vraiment aux villages de terre crue que l’on longe sur les routes du Qaraqalpaqstan. Séparées de la rue par des murets blancs, les maisons arborent des fenêtres peintes en bleu. On voudrait y sentir la mer. Le nez ne la sent plus. Les yeux ne la voient plus. Pour le cerveau, elle est partout.
Au bout de Moynaq, une rue à droite mène à ce qu’on appelle probablement un monument commémoratif, bizarre pyramide de ciment flanquée de dates et de formes bleues. Qui donc est mort ici, en bordure du désert ? qui d’assez important et controversé pour en célébrer la mémoire à l’écart de la ville ?
La mer.
L’Aral, large et ronde, la traine bleue irisée, a quitté Moynaq au début des années 70, menant sa triste silhouette de plus en plus loin jusqu’à laisser l’horizon plein de sable. Aujourd’hui elle survit encore, comtesse déchue, âgée maintenant, en exil au Kazakhstan. C’est la culture intensive du coton qui l’a chassée si loin. Il parait qu’au Kazakhstan on s’essaie à quelques perfusions pour la maintenir en vie. De ce côté-ci, côté Têtaclakistan, on a montré que l’homme savait rebondir face aux caprices de l’environnement : on se satisfait bien de son assèchement pour entamer la prospection de gisements pétrolifères. C’est merveilleux. Y a pas à dire.

En postant cet article j’ai dû faire quelque chose de vraiment triste, que j’espère ne jamais avoir à refaire. Il fallait mettre à jour mon itinéraire et j’ai vu la carte de la région selon Google Maps, sur laquelle figure encore la partie orientale de l’Aral. J’ai commencé à appliquer dessus de la couleur grise, la couleur du fond de carte. Le bleu a rapidement disparu sous les coups de crayon. « Aujourd’hui, les enfants, nous apprenons à effacer la mer. »

Mais pas d’inquiétude, ce bleu il n’est pas perdu. D’ici quelques années on pourra recouvrir les Maldives avec.

On a, depuis, rassemblé les épaves disséminées sur l’ancienne côte. On a mis de l’ordre. Il fallait ranger le désert, vous comprenez.

aral

J’aurais bien passé la nuit sur l’un des bateaux. Le ciel doit être stupéfiant ici. Mais j’avais rencontré quatre gentils gars, des Ouzbeks de Termez (la ville à la frontière afghane), qui mettaient les voiles sur Khiva. J’ai accepté l’invitation. On est resté à Moynaq le temps du déjeuner. Sur la table, du poisson frit (de la carpe de l’Amou-Daria), des tranches de tomate, de concombre et des rondelles d’ognon, une corbeille de bon pain, une théière et quelques bouteilles de Qarataw, la très réputée vodka qaraqalpaqe. Les toasts se sont enchainés, on a plaisanté en ouzbek (incapable, donc, de vous dire de quoi on a ri, mais on a beaucoup ri), j’ai appris quelques mots (santé se dit çokştereş) en mangeant un deuxième ration de carpe et puis on est parti, laissant au vent du désert Mordaral et ses capitaines fantômes.

Publicités